Edito

09/10/2017

Pour des Etats Généraux de la coexistence

Les agriculteurs attendent beaucoup des Etats Généraux de l’alimentation pour sortir de la crise agricole qui menace la survie de leurs entreprises. La première phase, animée principalement par notre ministre de l’agriculture, est terminée. La deuxième phase commence. Le Ministre de l’environnement y sera probablement beaucoup plus présent. Mais on peut craindre que ces Etats Généraux tournent de fait à une confrontation entre l’agriculture dite conventionnelle (AC) et l’agriculture Biologique (AB). Si cette confrontation devait avoir lieu, elle aurait de fortes chances, compte tenu des rapports de force au sein des ateliers, d’aboutir à une condamnation de la première et une bénédiction de la seconde.

...

Lire la suite

23/11/2016

Innovation, société et sélection végétale

Depuis 1996, une opposition s’est développée, sans réel dialogue, entre d’une part, les scientifiques et les ingénieurs qui promeuvent les OGM et d’autre part, les écologistes qui les refusent. Les premiers, dans leur ensemble, considèrent les nouvelles technologies issues des progrès de la biologie comme étant dans la continuité des méthodes classiques de la génétique, donc sans danger et ne justifiant aucune réglementation spécifique. Les seconds dénoncent tout à la fois l’appropriation du vivant et le contrôle de l’alimentation par les industriels de la semence mais aussi les risques pour la santé et l’environnement, inhérents à toutes les plantes génétiquement modifiées. Ces plantes sont de plus jugées « non nécessaires », car l’agriculture paysanne aurait montré depuis des millénaires sa capacité à nourrir les hommes et à sélectionner, pour cela, les plantes les mieux adaptées.

 

...

Lire la suite

26/01/2016

Amélioration des plantes : faudra-t-il renoncer aux nouvelles technologies ?

Les premières semences transgéniques (OGM) ont été commercialisées il y a 20 ans. On connaît leur succès hors d’Europe. Depuis, les biotechnologies se sont enrichies de nouveaux outils regroupés sous le nom de NBT (New Breeding Techniques). Certaines de ces « nouvelles » techniques de sélection des plantes sont déjà utilisées par les semenciers pour créer de nouvelles variétés. D’autres, sont plus récentes, comme "l’édition de gènes", et ont l’avantage d’être beaucoup plus précises, peu onéreuses, faciles d’accès pour des PME et permettent de raccourcir les délais de création des variétés.

Mais nos semenciers européens pourront-ils avoir accès à ces nouvelles techniques ?

...

Lire la suite

28/10/2015

COP21 : investir dans la génétique pour répondre aux enjeux climatiques

Pour obtenir l’adhésion des pays en développement lors de la COP21 à Paris, « il faut un projet capable de combiner la lutte contre le changement climatique et le développement de la production agricole », a déclaré Stéphane Le Foll, dénonçant les solutions qui négligent l’enjeu de la sécurité alimentaire.

Pour cela, il faut certainement mettre au point, comme le propose notre ministre, des méthodes visant à augmenter le stockage du carbone dans les sols pour permettre à la fois de diminuer l’effet de serre et d’augmenter la fertilité des sols. Mais il n’y aura pas de développement de la production agricole suffisant pour assurer la sécurité alimentaire si on n’investit pas aussi massivement dans la génétique pour améliorer la résilience des plantes aux changements climatiques.

...

Lire la suite

06/06/2015

La guerre des semences II

Début avril 2015, une fois de plus, des vandales ont saccagé des plantes en cours d’essais. Cet essai avait été mis en place par le GEVES, un organisme public chargé d’évaluer la qualité des nouvelles variétés. Le prétexte avancé par ces contestataires : soumettre les semences obtenues par mutagenèse à la même réglementation d’autorisation que celle des semences obtenues par la transgénèse (dites OGM). Cette revendication est diaboliquement dangereuse pour l’avenir de notre agriculture. Nos parlementaires sauront-ils éviter de tomber dans le piège ?

...

Lire la suite

15/03/2015

L’innovation bridée par la politique

Pour assurer la nourriture de 9 milliards d’hommes en 2050, pour répondre aux besoins croissants de biomasse pour la chimie verte ou les énergies renouvelables, l’agriculture devra être plus productive tout en préservant l’environnement. Ces objectifs ne pourront pas être atteints sans innovation et sans de nouveaux progrès de la science.

...

Lire la suite