Evalutation des risques

11/02/2016

Les tests de toxicologie à 3 mois systématiques ne sont pas justifiés

La directive 2001/18, prise par l’EFSA (AESA), n’exigeait pas la réalisation de tests de toxicologie subchronique (3 mois) pour s’assurer de la non dangerosité d’un aliment issu d’un OGM, contrairement à la récente directive. La France, notamment, préférant le discours idéologique de divers mouvements anti-OGM aux avis d’experts scientifiques, a alors exigé dès 2005 ce test de toxicologie subchronique dans le dossier d’évaluation des OGM, ce qui a conforté les peurs au sein de l’Europe et a fini même par remplacer la 2001/18 par le règlement 503/2013 rendant obligatoire ce type de test.

...

Lire la suite

21/09/2015

Consensus des scientifiques sur la non nocivité des OGM

Etats-Unis

Le Pew Research Center et l’Association des Scientifiques Américains ont publié une étude (voir study) qui fait apparaître que 88% des scientifiques sont d’accord pour dire que les OGM sont sans danger.

...

Lire la suite

16/01/2015

Le coton Bt n’est pas responsable des suicides des agriculteurs indiens

Inde

Des scientifiques qui se sont exprimés au Congrès Scientifique Indien ont déclaré que les suicides d’agriculteurs en Inde n’ont rien à voir avec le coton Bt.

...

Lire la suite

16/01/2015

Les attitudes des consommateurs britanniques vis-à-vis des OGM semblent changer

Selon un article paru dans The Economist, la Grande-Bretagne était autrefois à l’avant-garde du mouvement contre les organismes génétiquement modifiés. En 2003, 42 % du public pensaient que les risques des OGM l’emportaient sur leurs avantages, un sentiment partagé par le reste des européens. Le poids de l’opinion publique a fait que les cultures GM n’ont pas été produites à des fins commerciales dans la majeure partie de l’Europe. Mais, aujourd’hui, les britanniques ont changé d’opinion.

...

Lire la suite

18/11/2014

21 scientifiques demandent à l’Europe de cesser de bloquer les essais d’OGM pour des raisons politiques

Ces scientifiques européens préviennent que l’Europe pourrait perdre sa position de leader dans le domaine de la recherche, à moins que les essais au champ de plantes génétiquement modifiées (PGM) jugées par ailleurs sans danger soient autorisés.

...

Lire la suite

18/11/2014

Pas d’effet du maïs MON 810 sur les rats après des tests de toxicologie de 90 jours

Après avoir mené deux tests de toxicologie d’une durée de 90 jours en utilisant deux variétés différentes de maïs génétiquement modifié par l’événement MON 810, le consortium Grace a publié ses premiers résultats.

...

Lire la suite

15/11/2014

Une étude sur deux générations montre que le riz BT n’a pas d’effet sur les rats de laboratoire

Le riz transgénique Bt TT51 a été développé par l’introduction d’un gène synthétique issu de Bt (CryAb ou CryAc) dans le riz MingHui63. Er Hui Wang du Centre Chinois pour le Contrôle et la Prévention des Maladies et ses collègues ont réalisé une étude pour étudier les effets à long terme de ces plantes génétiquement modifiées (PGM) sur la santé des hommes ou des animaux.

...

Lire la suite

16/10/2014

Impact des aliments issus de plantes génétiquement modifiées sur les animaux d'élevage

A l’échelle mondiale, les animaux producteurs de denrées alimentaires consomment 70 à 90% de la biomasse produite à partir de plantes génétiquement modifiées (PGM). Une nouvelle étude (Université de Davis) résume brièvement la littérature scientifique sur les performances et la santé des animaux nourris avec des aliments issus de plantes génétiquement modifiées et sur la composition des produits dérivés de ces animaux.

...

Lire la suite

30/03/2014

Pas d’effets négatifs sur les populations d’insectes non-cibles dans les champs de cotonniers Bollguard III

Des chercheurs du CSIRO, en Australie, ont étudié l'impact potentiel du cotonnier Bt Bollgard III sur la faune non-cible. Ce cotonnier, dont la demande d'autorisation à la culture est en cours, exprime trois protéines insecticides différentes, les toxines Cry1Ac, Cry2Ab et Vip3A.

...

Lire la suite

15/02/2013

Allerginite présumée d’un pois génétiquement modifié non confirmée

Le développement d'un pois produisant un inhibiteur d'une enzyme digestive (alpha-amylase) du haricot, pour résister à un insecte ravageur, avait été interrompu en raison d'une présomption d'allergénicité accrue en 2005.

...

Lire la suite