Outils utilisés

Les pommes de terre A-plus pourraient déboucher sur du manioc plus nutritif

12/07/2016

Des chercheurs du Boyce Thompson Institute, affilié à l’Université Cornell aux États-Unis, ont reçu un brevet concernant une méthode pour renforcer les pommes de terre avec du bêta-carotène, un précurseur de la vitamine A. Joyce Van Eck, professeur adjointe, compte appliquer les enseignements tirés des pommes de terre à des plants de manioc. La biofortification du manioc en vitamine A pourrait aider à réduire la carence en vitamine A chez les enfants dans les pays en développement. « L’idée était de produire des pommes de terre et de les utiliser comme modèle pour d’autres cultures dans les pays en développement, en particulier dans les régions où la carence en vitamine A est un problème », a-t-elle expliqué. Pour augmenter les teneurs en bêta-carotène des pommes de terre – qui ne sont traditionnellement pas une bonne source de vitamine A – Van Eck a inséré un segment d’ADN dans le génome de la pomme de terre afin de désactiver le gène codant pour l’enzyme de conversion du bêta-carotène. Cette intervention a augmenté les niveaux de bêta-carotène de manière à satisfaire jusqu’à 18 pour cent des besoins nutritionnels quotidiens d’un jeune enfant. Van Eck travaille à présent avec d’autres chercheurs pour tester différents moyens d’accroître le bêta-carotène dans les pommes de terre, avant d’appliquer la recherche au manioc. Une fois qu’un plant de manioc riche en bêta-carotène sera développé, l’équipe indique qu’elle devra encore montrer que la plante pousse bien dans les conditions locales dans les pays en développement. Elle devra également informer les gens sur le manioc biofortifié, pour qu’ils sachent qu’il est nutritif et propre à la consommation.

Auteur : Patricia Waldron

Source : Université Cornell (3 novembre 2015)

En savoir plus : http://www.news.cornell.edu/stories/2015/11/plus-potatoes-may-lead-more-nutritious-cassava