Applications santé

Le dilemme des cultures

12/07/2016

Cet éditorial, publié dans la revue Nature, soutient que l’Union Européenne devrait décider définitivement si les plantes issues de l’édition génomique sont couvertes par les lois régissant les organismes génétiquement modifiés (OGM).

L’Union Européenne, écrivent les rédacteurs, « se traîne les pieds sur une décision judiciaire qui pourrait affecter la recherche et l’innovation pour les années à venir. L’enjeu est l’utilisation d’outils d’édition génomique comme CRISPR–Cas9, qui sont en train de révolutionner la biologie. Ces techniques devraient théoriquement déclencher peu d’alarmes de sécurité, cependant elles peuvent être piégées par la législation pesante qui a déjà ajouté des couches de bureaucratie à la recherche impliquant le génie génétique conventionnel, et a ralenti la culture de plantes GM pratiquement jusqu’au point mort dans de nombreux pays ».

Dans plusieurs affaires, les États-Unis ont statué que de tels produits ne doivent pas être réglementés comme des OGM. Cependant, la Commission Européenne n’a pas encore envoyé le même signal ; elle pourrait en fait décider que ces produits sont régis par la législation GM existante. Ce qui « serait une catastrophe pour la recherche », soutiennent les rédacteurs.

L’analyse juridique de la Commission sur la question a été reportée à plusieurs reprises. En même temps, la Commission laisse entendre que l’affaire sera en définitive tranchée par les tribunaux. Les rédacteurs concluent : « Mais laisser un tribunal trancher une question politique est une mauvaise solution. Cela pourrait prendre des années. Même un verdict positif pourrait avoir un effet de rebond en renforçant l’histoire racontée dans certains pays selon laquelle la technologie leur est imposée. Et cela ne transmet pas un message positif concernant la législation, qui est supposée refléter la volonté du peuple… Quelle que soit la décision, l’incertitude doit être levée pour permettre la poursuite de la recherche, et vite ».

Source : Nature (15 décembre 2015)

En savoir plus : http://www.nature.com/news/crop-conundrum-1.19031