Outils utilisés

Protection des plantes contre les maladies sournoises

12/07/2016

Une équipe de scientifiques internationaux sous la direction de l’Université d’État du Michigan, aux États-Unis, a modifié le récepteur à jasmonate, une hormone végétale qui participe à la défense des plantes, pour aider à repousser les attaques d’agents pathogènes très évolués. Ces agents pathogènes peuvent leurrer les plantes en détournant leur système de transmission de signaux de défense, permettant ainsi aux agents pathogènes ennemis de les envahir facilement. Les agents pathogènes produisent une toxine imitatrice du jasmonate, appelée coronatine. « C’est le premier exemple d’utilisation de la modification de récepteurs pour corriger une composante du système immunitaire des plantes vulnérable aux maladies, qui est fréquemment détournée par des agents pathogènes très évolués pour provoquer des maladies », a déclaré Sheng Yang He, professeur au Laboratoire de biologie végétale du Département de l’Énergie. « Cette nouvelle stratégie est différente de la sélection végétale conventionnelle fondée sur les gènes de résistance ; elle s’appuie sur une connaissance profonde d’une composante clé, le récepteur à jasmonate, du système immunitaire de la plante ». Le professeur He et son équipe ont créé un récepteur renforcé qui présente une sensibilité très réduite à la coronatine, mais peut toujours envoyer des signaux de défense contre les insectes. « Il a fallu beaucoup d’années de recherche fondamentale par plusieurs laboratoires, mais nous avons apporté une correction précise au système de décodage du jasmonate, de telle sorte qu’il peut à présent faire la distinction entre jasmonate endogène des plantes et toxine bactérienne coronatine », a-t-il indiqué. L’étude pourrait avoir d’importantes implications pratiques et pourrait servir d’exemple de la façon pour trouver et pour corriger des composantes du système immunitaire des plantes vulnérables aux maladies. Elle pourrait aussi fournir une stratégie générale pour produire une nouvelle génération de plantes cultivées résistantes aux maladies.

Source: Université d’État du Michigan (2 novembre 2015)

En savoir plus : http://msutoday.msu.edu/news/2015/protecting-plants-from-stealthy-diseases/