Actualités

Des chercheurs de St Louis espèrent que les cultures génétiquement modifiées peuvent prévenir la faim en Afrique de l’Est

03/11/2016

Cet article met en exergue les travaux de scientifiques au Donald Danforth Plant Science Center, basé aux États-Unis, portant sur la modification génétique du manioc pour le rendre résistant aux maladies comme la striure brune.

Ce virus, qui est propagé par les aleurodes, affecte les agriculteurs dans au moins huit pays d’Afrique, provoquant une baisse des rendements.

Les méthodes de sélection traditionnelles ont été lentes pour ce qui est d’aider le tubercule à développer de la résistance à la striure brune. Le virus « peut avoir des effets dévastateurs sur les agriculteurs qui ont beaucoup investi. Ils n’auront pas assez de nourriture et n’auront aucun revenu », a soutenu Catherine Taracha, Directrice des biotechnologies agricoles à l’Organisation Kenyane de Recherche en Agriculture et Elevage (Kenya Agricultural and Livestock Research Organization).

Le projet du Danforth Center s’intitule Virus Resistant Cassava for Africa (VIRCA, manioc résistant aux virus pour l’Afrique). Certaines des plantes du Centre font actuellement l’objet d’essais au champ en Ouganda et au Kenya. Cependant, du fait des approbations réglementaires nécessaires, il est peu probable que les scientifiques fournissent aux agriculteurs des boutures saines avant au moins quatre ans. Et les ougandais sont en train de débattre de la question de savoir si les cultures GM devraient même être autorisées. Un projet de loi visant l’approbation des cultures GM a été présenté au début de l’année, en raison de l’opposition locale.

 
Source : St Louis Public Radio (22 septembre 2016)