Applications par pays

Kenya : une variété de maïs résistante aux ravageurs ouvre la voie aux progrès technologiques

28/10/2015

Kenya

Dans cet article d’opinion, Calestous Juma, Professeur de Pratique du Développement International à la Harvard Kennedy School, écrit : « Les critiques des biotechnologies végétales ont raison de s’interroger sur l’impact négatif potentiel de la domination mondiale de la technologie. Ils ont cependant tort de supposer que toutes les biotechnologies introduites dans les pays émergents sont mues par les intérêts d’entreprises étrangères ».

Le Kenya, déclare-t-il, est sur le point de devenir un leader régional en matière de biotechnologie agricole ; le pays va bientôt introduire une nouvelle variété de maïs résistante aux ravageurs, mise au point par des scientifiques locaux. Selon M. Juma, l’utilisation de la biotechnologie pour lutter contre le foreur ponctué (Chilo partellus) et le foreur africain (Busseola fusca) réduirait les importations du Kenya, tout en le dotant de nouvelles techniques qui pourraient être redéployées pour d’autres secteurs, teles que la mise au point de médicaments et de vaccins. La variété de maïs est actuellement soumise à l’examen de l’Autorité Nationale de Biosécurité. Si elle est approuvée, elle sera vendue aux agriculteurs au prix du marché sans qu’ils aient à supporter le fardeau des paiements d’autres redevances. Un tel accord, écrit M. Juma, répond aux préoccupations de ceux qui craignent que la protection de la propriété intellectuelle ne puisse augmenter les prix des semences et les rendre inaccessibles aux agriculteurs pauvres. Il ajoute : « Il ne s’agit pas d’être pour ou contre les cultures biotechnologiques. Il s’agit de mettre de côté les dogmes et faire preuve de pragmatisme. Il s’agit de donner une chance à la raison. Rejeter les technologies émergentes sans le bénéfice de procédures fondées sur des données probantes équivaut à jeter le bébé avec l’eau du bain ».

 

Source: Daily Nation (10 septembre 2015)