Actualités

La règlementation OGM ne s’applique pas au champignon de Paris issu de CRISPR-Cas 9

04/05/2016

Etats-Unis
 
Le champignon de Paris est le premier organisme obtenu avec CRISPR-Cas 9 à recevoir le feu vert du gouvernement américain. La particularité de ce champignon est sa résistance au brunissement, obtenue par la délétion d’une petite partie des gènes responsables de l’oxydation. Ce résultat est le fruit des travaux menés par Yinong Yang, pathologiste végétal à l’Université de Pennsylvanie.

Ces 5 dernières années, l’APHIS, équivalent de notre ANSES aux Etats-Unis, a déjà statué sur une trentaine d’organismes, en majorité des plantes, obtenus avec des méthodes de biotechnologies telles que les ZFN ou les Talen. Ils n’entrent pas dans le champ de la réglementation des OGM. Mais, jusqu’à présent, la position des Etats-Unis vis-à-vis de la technologie CRISPR-Cas 9 n’était pas tranchée.

C’est chose faite et le département américain à l’agriculture (USDA) a décidé de ne pas réguler ces organismes issus de CRISPR-Cas9 comme des OGM, puisque les biotechnologies utilisées ne font pas appel à de l’ADN étranger venant d’une autre espèce comme des virus ou des bactéries, contrairement aux premiers OGM des années 1980 et 1990, lorsque la règlementation américaine sur les OGM a été mise en place. Les techniques récentes pourraient supplanter rapidement ces anciens outils.

D’ailleurs, les Etats-Unis sont en train de repenser leur règlementation OGM. Pour ce faire, leurs Académies des Sciences, de l’Ingénierie et de la Médecine, ont constitué un comité chargé de prédire les avancées qu’apporteront les produits biotechnologiques dans 5 à 10 ans.

 

Source : Emily Waltz, Nature magazine (14 avril 2016)