Applications alimentaires

Les OGM peuvent-ils éradiquer la faim en Afrique?

28/10/2015

Cet article publié, dans The Verge, étudie la question de savoir si les organismes génétiquement modifiés (OGM) peuvent éradiquer la faim en Afrique. Bill Gates est l’éditorialiste invité de The Verge ; il commence par déclarer : « Selon la personne à qui vous posez la question, les organismes génétiquement modifiés, ou OGM, sont la solution à la malnutrition et la faim dans les pays en développement, ou une menace à la souveraineté alimentaire ».

L’article met spécifiquement en exergue l’Ouganda, un pays qui lutte contre le flétrissement bactérien, une maladie qui menace la banane, un aliment de base. Grâce à un financement de la Fondation Bill & Melinda Gates, les scientifiques en Ouganda ont créé une banane génétiquement modifiée capable de résister à cette maladie. Les semences seraient gratuites, mais il n’y a pas de réglementation des OGM dans le pays et, en tant que signataire du Protocole de Cartagena (2000), le pays doit adopter une approche de précaution de la technologie OGM. Le gouvernement envisage d’adopter une loi qui autoriserait l’introduction des OGM, mais certains scientifiques des produits alimentaires s’inquiètent de ce que cela pourrait ouvrir la porte à l’exploitation de sociétés par les entreprises multinationales. L’article souligne que la faim est un énorme problème en Afrique, et certains ont vanté les OGM comme étant une solution. « Les semences dérivées d’OGM offriront une productivité nettement meilleure, une meilleure tolérance à la sécheresse et, si la sécurité est prouvée, les pays africains seront alors parmi les plus grands bénéficiaires », a fait savoir Bill Gates à The Verge.

Mais, demande l’article, même si les cultures OGM donnent plus de produits, cela se traduira-t-il par l’atténuation de la faim ? D’autant plus, soutient l’article, que le problème principal n’est pas la technologie, mais la distribution. « Toute l’infrastructure que nous considérons comme allant de soi dans une chaîne d’approvisionnement agricole moderne n’existe pas » [en Afrique], a déclaré Gawain Kripke, le Directeur de la Politique et de la Recherche à Oxfam America. « Alors par quoi commence-t-on ? Les semences ? Les Routes ? Il ne sert à rien d’adopter une nouvelle technologie visant à accroître les rendements, si l’essentiel de la bonne moisson pourrira de toute façon.

 

Source : The Verge (18 février 2015)