L’UE doit urgemment s’emparer des nouvelles biotechnologies

Communiqués de presse

Pour nourrir une population mondiale de 10 milliards d’habitants en 2050, il faut agir sur tous les facteurs pouvant affecter le potentiel de production agricole. En effet on constate des pertes de production considérables du champ à l’assiette du consommateur. Un tiers des denrées alimentaires produites à destination des consommateurs est perdu ou gaspillé selon la FAO. A ces gaspillages il faut ajouter les pertes de production au niveau de la culture, depuis le semis jusqu’à la récolte.

Compte tenu par ailleurs de la réduction programmée des moyens chimiques autorisés dans un contexte de dérèglement climatique, les risques de pertes de production au champ pourraient encore augmenter. Comment éviter ce manque de résilience de nos productions agricoles ?

Pour l’AFBV il existe des marges de progrès très prometteuses pour sécuriser et développer les productions végétales. Elles se situent au niveau des innovations dans le domaine de la génétique. Les technologies issues du génie génétique limitent les pertes de potentiel de production pendant la culture, permettant ainsi au rendement, en quantité et qualité de la culture, de se rapprocher au plus près, dans un environnement donné, de son potentiel génétique optimum.

La France et l’Europe qui sont intervenues au niveau réglementaire pour limiter le gaspillage au stade de la distribution et de la consommation doivent maintenant adapter urgemment les réglementations en vigueur pour permettre aux nouvelles technologies génomiques (NBT) d’apporter leur contribution à la limitation des pertes de production au niveau de la culture. Il en va de la résilience future de notre agriculture et donc de la sauvegarde de notre potentiel de production.

Cette adaptation de la réglementation européenne sur les OGM constitue donc un enjeu stratégique : assurer la sécurité alimentaire des européens, un des principes fondateurs de l’UE et de la PAC. L’UE ne peut pas, sans risquer de perdre sa souveraineté alimentaire et donc aussi économique, refuser aux agriculteurs de bénéficier de ces nouvelles biotechnologies.

Contacts Presse AFBV
Gil Kressmann – 06 83 46 55 33 – gil.kressmann@wanadoo.fr

A télécharger : le communiqué et dossier de presse