Applications agricoles

Modifier la photosynthèse par le génie génétique pour améliorer les rendements : une seconde révolution verte ?

02/05/2017

Des scientifiques de l’Université de l’Illinois, aux États-Unis, rapportent cette semaine que les techniques du génie génétique pour modifier la photosynthèse ont augmenté la productivité d’une plante test – le tabac – de plus de 20 pour cent. Ce résultat est remarquable, compte tenu du fait que beaucoup de sélectionneurs s’efforcent d’augmenter la productivité d’un à deux pour cent en utilisant des approches classiques. Les scientifiques n’ont aucun intérêt à augmenter la productivité du tabac, mais ils comptent essayer les mêmes modifications sur des cultures vivrières.

L’un des leaders du groupe a déclaré qu’on pourrait, à terme, obtenir des gains de 50 pour cent ou plus. « Si cette prévision est confirmée par de plus amples recherches – il faudra peut-être une décennie, sinon plus, pour en avoir la certitude – le résultat ne pourrait être rien de moins qu’une transformation de l’agriculture mondiale », souligne cet article.

Les résultats, indique l’article, pourraient intensifier la lutte politique autour du génie génétique. Des gains de productivité de 40 à 50 pour cent de la production alimentaire pourraient potentiellement offrir d’énormes avantages aux populations les plus pauvres du monde. Stephen P. Long, un phytologue qui a également dirigé la recherche, a prévenu qu’il faudrait beaucoup de temps avant que l’un des résultats de l’équipe ne parvienne jusqu’aux champs des agriculteurs. Il reste toutefois convaincu que le génie génétique pourrait entraîner une « seconde Révolution verte », se traduisant par d’importants gains de production alimentaire.».

Source : The New York Times (17 novembre 2016)